Forum « Investir au Mali » : LE PROCESSUS EST ENCLENCHE

Thursday, December 8, 2016

Forum-investisseurs: Le lancement officiel de ce grand rendez-vous pour vendre la destination Mali a eu lieu hier.Le tout premier forum international « Investir au Mali » se tiendra à Bamako les 25 et 26 septembre 2017. L’annonce a été faite, hier dans l’après-midi, par le directeur général de l’Agence pour la promotion des investissements au Mali (API-Mali), Moussa Ismaïla Touré.Il intervenait lors de la cérémonie officielle de lancement de cet événement, dont l’ouverture était présidée par le ministre du Développement industriel, Mohamed Aly Ag Ibrahim, représentant le premier ministre Modibo Keïta en déplacement.Organisé par le ministère de la Promotion de l’Investissement et du Secteur privé, à travers l’API-Mali, en collaboration avec la Banque mondiale et avec l’appui de l’USAID, le forum va se tenir certes dans un contexte sécuritaire quelque peu tendu. Mais, il faut aussi noter qu’il intervient à un moment où l’économie malienne va de mieux en mieux, malgré la crise.La sixième revue au titre de la facilité élargie de crédit du FMI table sur un taux de croissance du PIB de l’ordre de 5,4% cette année et 5,3% pour 2017. Un taux robuste qui atteste du dynamisme de notre économie. Quand bien même des efforts restent à faire dans le cadre de l’amélioration du climat des affaires, le Mali n’en demeure pas moins premier en la matière dans la zone UEMOA, selon le rapport 2016 de « Doing business ».C’est donc en tenant compte de nombreux paramètres à géométries variables que les autorités nationales entendent organiser la rencontre entre le Mali et le secteur privé mondial.Le but est de promouvoir la destination Mali sur la scène internationale et d’’accroître les investissements directs étrangers dans les secteurs clés de l’économie en vue de l’atteinte des objectifs de croissance, de création d’emplois durables et de réduction de la pauvreté.Au vu de ces objectifs et des résultats attendus, le forum se veut le début de la concrétisation de la relance de notre économie, dira Mohamed Aly Ag Ibrahim. Et comme pour rassurer les investisseurs, il a rappelé que le gouvernement du Mali s’est engagé dans la voix de la reconstruction, de la paix et de la réconciliation nationale, à travers la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation, qui est gage d’un développement socioéconomique harmonieux de notre pays.« La cérémonie d’aujourd’hui confirme la volonté et la vision politique du gouvernement malien et de ses partenaires d’améliorer l’attractivité de la destination Mali et d’attirer les investisseurs dans les secteurs à fort potentiel de croissance et de création d’emplois», a noté le directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Mali, Paul Noumba Um.Pour lui, il est nécessaire d’améliorer davantage le climat des affaires et de préparer les fiches sur les opportunités d’investissements « que nous irons ensemble promouvoir auprès des investisseurs nationaux comme internationaux ». Il s’agit, selon le responsable de l’institution financière internationale, de pénétrer les comités d’administration, de crédits et d’investissement dans les différents grands groupes afin qu’ils changent radicalement leur perception sur la destination Mali. « Cette politique de sensibilisation et de mobilisation permettra de repositionner la destination Mali », espère-t-il.Et c’est de cela que dépendra la réussite de ce forum dont l’instrument de mesure sera le nombre de conventions signées entre le gouvernement et les investisseurs qui y participeront. Il est alors nécessaire, à cet effet, que l’API-Mali soit aguerrie et dispose de ressources financières suffisantes permettant de vendre de manière efficace la destination Mali aux investisseurs.« Le moment est venu de valoriser les multiples opportunités d’investissements dont regorge le Mali dans les secteurs prioritaires comme l’agriculture, l’agro-industrie, l’élevage, les mines, l’énergie », a encore dit Paul Noumba Um.Pour l’ambassadeur des Etats-Unis au Mali, Paul Folmsbee, le potentiel économique du Mali est significatif. Afin de l’exploiter judicieusement, il convient de créer un cadre institutionnel et juridique attractif pour l’investissement privé au profit des Maliens et des promoteurs ou entrepreneurs. Ce qui réduirait considérablement le chômage des jeunes, la pauvreté et favoriserait du coup l’atteinte des Objectifs du développement durable (ODD).Intervenant au nom de l’ambassadeur du royaume du Danemark, chef de file du secteur privé des PTF, Jan Larsen a expliqué que le développement du secteur privé malien passera par une mise en exergue des PME.Pour lui, le gouvernement, soutenu par les PTF, doit continuer les efforts d’amélioration du climat des affaires. Ce qui, à son avis, favorisera l’implantation des PME/PMI locales pour un développement durable à la dimension des potentialités réelles du pays.En réponse à ces recommandations, le ministre chargé du Développement industriel a rappelé que la mobilisation des capitaux étrangers et nationaux destinés au financement des projets d’investissements structurants jouera un rôle clé dans la valorisation des immenses potentialités économiques du Mali.Il a promis que les structures techniques compétentes accéléreront la mise en œuvre des réformes nécessaires à la levée des contraintes à l’investissement et à l’amélioration globale de l’environnement des affaires au Mali. Source: C. M. TRAORÉ l'Essor

Back to Top