Mines

Le potentiel minier malien est riche et varié L’industrie extractive concerne les matériaux de construction (marbre, argile, grès, dolérite, granit…), le sel gemme, l’or, les pierres semi-précieuses telles que le grenat, etc. En outre, le sous-sol recèle d’autres substances minérales, pour lesquelles, à ce jour, aucune compagnie étrangère n’intervient dans l’exploration ou l’exploitation. Ces substances minérales sont identifiées comme suit par la Direction Nationale de la Géologie et des Mines. Diamant : des indices sont situés dans les zones de Kéniéba et l’Adrar des Iforas; Fer : 1,360 milliards de tonnes de réserve, Bauxite : 1,2 milliard de tonnes de réserve, Manganèse : 100 millions de tonnes de minerai de réserve; Uranium : 5 000 tonnes d’U3O6 et 200 tonnes d’U3O2 à 0,085 %; Phosphates : 20 millions de tonnes de réserve; Calcaire : 122 millions de tonnes de réserve; Marbres : 60 millions de tonnes de réserve; Plomb-zinc : 1,7 million de tonnes de réserve La prospection sur les hydrocarbures est actuellement menée sur le bassin de Taoudénit et le graben de Gao par cinq (5) sociétés (BARAKA VENTURE, MALI PETROLEUM, MALI OIL, MARKMORE et ENERGETIC). Vingt-trois (23) blocs sont attribués sur un total de vingt-sept (27).

Back to Top